MCLB propose des formations professionnalisantes dans les domaines du cinéma, de la télévision et de l’audiovisuel.

Implantée au coeur de la Cité du Cinéma, où se côtoient les plus grands professionnels du secteur (producteurs,distributeurs, réalisateurs, acteurs, et toute l’industrie cinématographique), MCLB Formations trouve légitimement sa place dans ce site unique en Europe.

10 samedis pour une série
Chaque samedi du 1 avril au 3 Juin 2017

10 samedis pour une série

 

10 SAMEDIS POUR UNE SERIE s’adressent aux auteurs soucieux d’acquérir des compétences diversifiées en matière d’écriture de séries télévisées et désireux de participer à la création d’une œuvre originale au sein d’un groupe. Professionnalisante, la formation propose aux stagiaires de respecter les directives formulées par des acteurs reconnus du secteur. Nombre de place limité à 10 stagiaires maximum.

 

Objectif pédagogique :


Le programme de formation se déploie en quatre grandes étapes intimement liées les unes aux autres : 


1. Les deux premières séances prennent la forme de cours théoriques portant sur les règles formelles, classiques et sérielles d’écriture de scénarios. La question de l’élaboration de la bible est, bien évidemment, examinée en détail à cette occasion. 


2. À cette phase d’apprentissage succède une rencontre avec trois producteurs de programmes sériels à succès qui, pendant deux heures, définissent les lignes éditoriales respectives de leurs entreprises et dispensent des conseils aux stagiaires. 


3. Forts de leurs savoirs nouvellement acquis, les scénaristes développent collectivement un projet de série durant les séances suivantes. L’objectif ? Aboutir à une bible et un scénario de pilote de qualité professionnelle, s’inscrivant dans l’une des lignes éditoriales définies par les producteurs. 


4. Durant les deux dernières heures de l’ultime séance, les stagiaires présentent le fruit de leur travail collectif aux producteurs. Au terme de cette rencontre, les auteurs disposent de la possibilité de remettre une copie de leur bible et de leur pilote (achevés ou non) aux professionnels.

 

Programme :

SAMEDI N° 1 

Formation théorique portant sur les règles formelles d’écriture (formatage du script, abréviations...), les différents types d’écrits « scénaristiques » (pitch, synopsis, continuité dialoguée, bible etc.) et les règles dites « classiques » de construction (modèle ternaire, théorie du conflit central, typologie des récits, caractérisation des personnages, écriture des dialogues etc.)


SAMEDI N° 2 

Formation théorique portant sur les règles sérielles de construction (modèle feuilletonesque, modèle modulaire, stratégies de fidélisation des téléspectateurs...), les catégories sérielles (sitcom, soap- opéra, mini-série...), les contraintes industrielles propres à l’écriture de séries et les conventions de genres sériels (récits hospitaliers, récits policiers...). 
 

SAMEDI N° 3 

Rencontre d’une durée de deux heures avec trois producteurs, qui définissent les lignes éditoriales respectives de leurs sociétés aux stagiaires. Suite à cet événement, les auteurs débutent le travail créatif en définissant les grandes lignes du projet appelé à être développé au cours des séances ultérieures. Ils partent avec, a minima, un pitch saisonnier et un pitch d’épisode pilote validés par l’équipe complète et le formateur. 


SAMEDI N° 4 À 9 

Dans le respect du programme progressif élaboré par le formateur et avec le soutien actif de ce dernier, les stagiaires concrétisent pas à pas leur projet de série. D’une étape à l’autre, ils s’initient à des pratiques complémentaires du travail collectif : la réflexion commune, la répartition des tâches, l’écriture en petits groupes... 
Au-delà de la bible et du scénario d’épisode pilote, un grand nombre d’écrits transitoires sont produits dans le cadre de ces séances pratiques (synopsis, séquencier, fiches personnages etc.)


SAMEDI N° 10 

Finalisation, relectures et impression des textes rédigés dans le cadre des ateliers. 
À ces activités succède une seconde rencontre avec les producteurs, durant laquelle les stagiaires présentent leur projet et dialoguent avec les professionnels durant deux heures. Aussi ils bénéficient d’un retour objectif et constructif sur leur travail.

Dates et durée

Chaque samedi du 1 Avril 2017 au 3 Juin 2017

Durée : 70 heures

Formateur

Jérome Bloch

Script doctoring
du 12 Décembre 2016 au 16 Décembre 2016

Script Doctoring

BASÉE SUR L’APPRENTISSAGE D’UNE MÉTHODOLOGIE, CETTE FORMATION REPREND, PAS À PAS, LES DIFFÉRENTES ÉTAPES DU PROCESSUS D’INTERVENTION DU SCRIPT DOCTOR. ELLE PROPOSE UNE APPROCHE DE TRAVAIL PRAGMATIQUE ET INDIVIDUALISÉE, PORTANT SUR DES PROBLÉMATIQUES CONCRÈTES DE SCÉNARIO À L’ÉTAT DE CONTINUITÉ DIALOGUÉE.

Profil professionnel des stagiaires  

Toute personne pouvant être amenée en cours de développement à estimer la qualité d’un scénario. Toute personne cherchant à accroître ses compétences techniques sur la dramaturgie.

Prérequis et expérience professionnelle des stagiaires :
Avoir une certaine familiarité préalable avec la narration.

Objectif pédagogique :

Une formation basée sur l’apprentissage d’une méthodologie, cette formation reprend, pas à pas, les différentes étapes du processus d’intervention du script doctor. Elle propose une approche de travail pragmatique et individualisée, portant sur des problématiques concrètes de scénario à l’état de continuité dialoguée. Par une mise en pratique immédiate de la théorie, à la fois sur un scénario de référence et par l’étude de nombreux cas, elle permet au stagiaire d’acquérir une méthode, de mieux comprendre les mécanismes fondamentaux de la dramaturgie et de développer des compétences particulières d’attention, de diagnostique et de préconisation. 
Tout au long de chacune de ces étapes, plusieurs documents pédagogiques reprenant les techniques, les outils et les enjeux sont remis aux participants. 

Une évaluation continue 
Les intervenants appliquent un système d’évaluation des participants tout au long de la formation. 

- Sur la qualité de la participation en cours lors des exercices communs (implication et pertinence). 
- Par les exercices et les documents individuels produits à chaque étape. 
- Par la commande de consultation demandée individuellement en fin d’atelier. 

 

Programme pédagogique

JOUR 1 : Le scénario performant 

Avant même de pouvoir identifier les dysfonctionnements d’un scénario, il faut avoir une idée précise des qualités d’un scénario performant. Il s’agit donc, en premier lieu, d’établir les critères caractéristiques d’un bon scénario. Ces qualités servent alors de maître étalon et d’aide-mémoire tout au long du processus, pour mieux estimer les écarts avec les œuvres à auditer. 

Il s’agit aussi, à ce stade, de comprendre et d’intégrer les attentes des commanditaires : leurs intentions premières en terme d’enjeux scénaristiques, de sujet, de thématique, de personnages, d’intrigue, de ton, de style... Ces informations poseront le cadre de l’intervention à mener. 

Exercices : 

- A partir des règles de base de la dramaturgie, on établit lors d’un exercice d’échange oral en commun, une grille de référence des caractéristiques d’un scénario performant (en terme de structure, d’intrigue, de caractérisation, de dialogues etc.)
- Présentation de modèles de films réussis. 
- Un document est produit recensant ces caractéristiques « attendues ». 
- Un scénario en développement de court métrage ou de long métrage au stade d’une continuité dialoguée (de version 1 ou 2) est présenté par son scénariste et/ou son producteur, soit par une note d’intention écrite, soit oralement. A partir de ces premiers éléments de présentation, chaque participant note les intentions dramatiques souhaités par les auteurs à l’origine du scénario. Dans un second temps un échange oral en commun permettra de confronter et de préciser ces attentes. 
- Un document est produit recensant ces points, constituant le cahier des charges de l’auteur. 

Acquisition : 

- Règles fondamentales de la dramaturgie et de ses enjeux. 
- Techniques de bonne compréhension du projet et de l’attente des commanditaires. 
- Technique d’établissement d’un cahier des charges pertinent. 
 


JOUR 2 : L’analyse première du scénario

 

Une attention particulière doit être portée à la toute première lecture du scénario. C’est une étape essentielle dans le processus d’analyse. À ce stade, la démarche du consultant scénario doit rester avant tout sensible. Lors de cette phase de la formation, on apprend ainsi la bonne attitude à tenir durant la lecture, et on découvre ce qu’il est important de prendre en compte et de distinguer comme symptômes de dysfonctionnement. 

Exercices : 

- Bilan et retour critique sur les exercices de l’étape précédente. 
- Premier exercice d’audit : lecture test du premier acte d’une continuité dialoguée. 
- Première lecture (sensible) de la continuité dialoguée du scénario de référence. Annotations des forces et des faiblesses manifestes du scénario. 
- Mise en commun des premières remarques de lecture. Classement des différents types de symptômes observés suivant leur nature apparente (structure, thème, caractérisation…) 
- Seconde lecture (technique) de la continuité dialoguée. Reprise des observations de lecture au regard des deux documents produits lors de l’étape précédente (les caractéristiques attendues et le cahier des charges). 
- Un document est produit permettant de répertorier les qualités et les dysfonctionnements observés, ainsi que les écarts du projet par rapport aux critères attendues et au cahier des charges. 



Acquisition : 

- Technique de lecture pertinente pour l’audit d’un scénario. 
- Apprentissage des types de symptômes de dysfonctionnement récurrents. 
- Technique d’intégration du cahier des charges du commanditaire. 
 


JOUR 3 : Des symptômes aux causes 



Le symptôme n’est pas la cause. L’une des grandes difficultés du travail de script doctor est précisément de trouver la bonne cause à l’origine d’un dysfonctionnement narratif. La densité d’informations entrecroisées dans une continuité dialoguée est telle qu’il est parfois compliqué de déterminer la raison réelle qui fait qu’une scène ne fonctionne pas. Mauvaise caractérisation du personnage ? Construction maladroite de l’intrigue ? Thématique perdue ou oubliée en cours de route ? Ne pas parvenir à établir le lien de causalité de manière assurée équivaut alors à démonter un casse-tête délicat sans savoir si l'on va parvenir à le remonter. 
Cette étape de la formation permet d’établir un panel des symptômes les plus courants (scène ennuyeuse ou confuse, dialogues trop bavards ou au contraire trop elliptiques, ventre mou, personnages plats ou incohérents etc.) et de les relier à une hiérarchie de causes possibles (thématiques, structurelles, locales, globales etc.) On apprend ainsi à distinguer les fausses causes apparentes, des vraies. 

Exercices : 

- Bilan et retour critique sur les exercices de l’étape précédente. 
- Classement des symptômes observés suivant une grille allant du général (thèmes, sujet, structure etc.) au particulier (caractérisation, dialogues…). 
- Relation de ces symptômes à leurs causes possibles. 
- Etude des cas les plus courants de dysfonctionnement, à travers des extraits d’autres scénarii de long et de court métrage, et d’extraits de films. 
- Un document est produit recensant les faiblesses les plus courantes et leurs causes. 

Acquisition : 

- Connaissance des symptômes récurrents et technique de classement. 
- Connaissance des causes à l’origine des symptômes. 
- Technique de distinction des fausses causes (apprentissage de la hiérarchie des causes. 



JOUR 4 : La recherche des solutions 



Une fois les causes identifiées, reste encore à proposer des solutions. Ces solutions sont parfois locales, parfois globales et donc remettent plus ou moins en question les assises du scénario préalable. Durant cette étape le participant apprendra à choisir les solutions existant pour chacune des causes relevées, en prenant en compte les intentions des commanditaires identifiées lors de la première étape. 

Exercices : 

- Bilan et retour critique sur les exercices de l’étape précédente. 
- Etude de cas et application de solutions sur d’autres extraits de scénarii et d’extraits de films. 
- Application de solutions sur le scénario de référence. 
- Vérification du respect du cahier des charges. 

Acquisition : 

- Connaissance des solutions adaptées aux causes réelles. 
- Technique de mise en place des solutions. 
 


JOUR 5 La préconisation et l’application globale 


Le travail de Script Doctor se conclue par la préconisation que celui-ci fait à ses commanditaires. Il s’agit de reprendre chaque étape précédente : l’audit de lecture (sentiments premiers), les symptômes (du général au particulier) et leurs causes identifiées, et d’apporter des préconisations à la fois par la production d’un document clair et structuré, et lors d’une présentation orale. 
C’est un exercice assez délicat qui nécessite une méthode de communication propre. Méthode qui est au cœur de cette cinquième étape de formation. 
La formation s’achève sur l’audit individuel d’un nouveau scénario (de long métrage) à la sortie du temps de formation, dont le compte-rendu écrit est adressé aux formateurs la semaine suivant la fin de formation pour correction. 

Exercices : 

- Mise en pratique globale de la méthodologie, des techniques et des outils acquis durant le temps de formation. 
- Bilan et retour critique sur les exercices de l’étape précédente. 
- Synthèse globale de l’audit du scénario de référence. 
- Préparation écrite et orale des préconisations. 
- Présentation écrite et orale de l’audit et des préconisations. 
- Bilan sur l’ensemble de la formation. 
 

Formateur

Olivier LEVALLOIS — SCENARISTE - SCRIPT DOCTOR

 
  • du 12 Décembre 2016 au 16 Décembre 2016
  • Durée : 35 heures
  • 1415 € HT
Inscription indépendant
(Intermittents, Acteurs, autres...)
Inscription salarié
(Salarié, Chargé de formation...)
M'inscrire par courrier M'inscrire par courrier OPCA

Inscription indépendant (Intermittents, Acteurs, autres...)

  • 1 - Participant
  • 2 - Financement
  • 3 - Confirmation

Vous pouvez vous inscrire à cette formation en complétant le bulletin d’inscription ci-dessous. Cette formation est finançable, selon vos droits, par l’AFDAS ou une autre OPCA.

• L’inscription ne sera défi nitive qu’après réception de la totalité du règlement. • En cas d’annulation tardive, l’inscription ne sera pas remboursée. Toute annulation devra être faite par écrit et envoyée par email (annulation@ masterclasslucbesson.com) ou par courrier à : MASTERCLASS LUC BESSON - Cité du Cinéma 20 rue Ampère 93200 Saint Denis. • Toute formation commencée est due. • Les frais de procédure et les honoraires pour le recouvrement des factures seront à la charge du client. • Pour un fi nancement par OPCA : L’inscription ne sera définitive qu’après réception de la confirmation de l’OPCA, de la prise en charge et du règlement, le cas échéant, du solde de la formation. Pour toute annulation tardive, notre organisme se réserve le droit de facturer les coûts de l’inscription. • En remplissant ce formulaire et en nous le retournant, vous déclarez accepter sans restriction les conditions générales de ventes (ci-dessus).
Retour
Retour
Retour
Étape suivante
Étape suivante

Les masterclass se déroulent à l'École de la Cité

MCLB-Cite du cinema
20 rue Ampère
93 000 Saint-Denis


+(33)1 48 41 07 86

Mentions légales

Editeur du site

MCLB - Masterclass Luc Besson
Cité du cinéma
20 rue Ampère
93200 Saint-Denis

Directrice de publication

Isabelle Agid

Conception et réalisation

Studio Gazoline
http://studiogazoline.com

Hébergeur

OVH